Le bilan

balance -

La solvabilité mesure à quel point une entreprise peut faire face à ses engagements. Autrement dit, il s'agit de vérifier si un prêteur a une chance d'être remboursé...

Cette mesure se fait à partir du bilan, que nous décrivons ici.

L'actif d'un bilan (colonne de gauche) est constitué par tout ce que détient l'entreprise. Le passif d'un bilan (colonne de droite) comprend quant à lui tout ce que doit l'entreprise.

L'actif

Les actifs détenus par l'entreprise vont être classés selon un ordre logique. Pour chacun d'entre eux, on va finalement se poser une question simple : est-ce qu'il peut être rapidement converti en cash ? Si oui, on le place dans le bas du bilan. Sinon, on le place dans le haut du bilan.

C'est ainsi que l'actif, de haut en bas, va être constitué :

  • des immobilisations, qui comme leur nom l'indique sont les éléments susceptibles d'être cédés le moins facilement : il s'agit essentiellement des terrains, des constructions et des équipements, bref de l'outil de production. Quand des dotations aux amortissements ont été pratiquées, on les soustrait de la valeur d'acquisition des immobilisations.
  • des stocks (au sein desquels on peut faire une distinction entre produits finis, produits en cours et approvisionnements pour une analyse plus fine) ;
  • des créances : il s'agit des encaissements en attente sur des ventes déjà effectuées. On peut parfaitement céder sa créance à un tiers, par exemple par le biais de l'affacturage ;
  • de la trésorerie : liquide, comptes bancaires et placements à court-terme.

On appelle "actif circulant" l'ensemble le plus liquide, constitué par les stocks, les créances et la trésorerie.

Le passif

Le raisonnement permettant d'ordonner tous les éléments du passif est similaire à celui utilisé pour l'actif : on va se demander si ce que doit l'entreprise est exigible rapidement ou non. Si oui, on le place en bas du bilan ; sinon, en haut.

Le passif, de haut en bas, va donc être constitué :

  • des fonds propres, c'est-à dire ce que doit l'entreprise à son(ses) propriétaire(s) : on part du principe qu'il s'agit d'une ressource stable, puisque les détenteurs d'une affaire n'auront pas intérêt à la saborder en retirant leurs billes d'un coup...
  • des dettes à long et moyen terme : il s'agit surtout des prêts consentis par des organismes financiers, sur des durées de plus d'un an ;
  • des dettes à court terme : qu'il s'agisse d'emprunts de trésorerie réalisés auprès des banques, ou de crédits accordés par les fournisseurs.

Le bilan en synthèse

Suivant (Mesure de la solvabilité)

blog comments powered by Disqus