Comment analyser un compte de résultat

Adoptez une démarche globale et rapide en allant à l'essentiel

Je vous conseille de ne pas vous plonger dans un calcul systématique de toutes les évolutions de postes ou de tous les ratios possibles et imaginables — vous risquez de vous noyer sous un déluge de données inexploitables, et de passer à côté de l'essentiel en vous attachant à des détails.

A la place, je vous propose d'examiner quelques "grandes masses". Ne poussez l'analyse que pour aller dans le détail d'un indicateur qui semble problématique. 

Première étape : survol

Vérifiez les points suivants :

  • le résultat de l'exercice est-il positif ? Si la réponse est "non", les propriétaires de l'entreprise n'ont théoriquement rien à se mettre sous la dent.
  • l'EBE est-il positif ? Si la réponse est "non", l'entreprise est dans le rouge, et ne peut même pas assurer une exploitation "normale" — c'est-à-dire payer ses fournisseurs et/ou ses salariés.

Deuxième étape : évolution de l'activité

Examinez le CA, la VA et l'EBE sur trois ans: l'activité est-elle en augmentation ou en perte de vitesse ?

Troisième étape : quelques ratios pour la rentabilité proprement dite

Calculez, sur trois ans, les ratios suivants:

  • Valeur ajoutée / CA
  • EBE / CA

De quelle manière évoluent-ils? S'ils se dégradent, il y a perte de rentabilité dans l'exploitation.

Et là, vous pouvez aller plus loin dans l'analyse, et tenter de repérer d'où provient le mal. Certaines charges ont l'air mal maîtrisées: lesquelles?

Quatrième étape : analyse sectorielle

Recueillez, si possible, les moyennes de votre secteur d'activité (certains cabinets comptables peuvent fournir ce genre de données). Comparez les ratios précédents avec ceux d'entreprises comparables à la vôtre.

Ce point est parfois négligé alors qu'il est riche d'enseignements.

Supposons que tous les clignotants soient au vert : CA et EBE en hausse, EBE / CA = 20%, en hausse également. Mais supposons également que le ratio EBE / CA soit égal à 30% pour la moyenne du secteur.

Cela signifie non seulement qu'il y a une marge de progression possible, mais surtout qu'il y a un manque d'efficacité: les concurrents, à activité égale, peuvent investir (ou s'enrichir) plus vite.

Chapitre suivant →

La solvabilité